Kantathérapie®

Dans la pratique yogique de Pranayama (travail avec le souffle) les bandhas ont un rôle crucial. Les bandhas, terme qui peut être traduit comme verrouillages énergétiques, représentent, au niveau corporel, des contractions ou ligatures des muscles afin d’orienter le prana ou de bloquer son mouvement.

A quoi servent les bandhas ?

Les bandhas servent à donner des directions au prana, en empêchant le plus souvent que l’énergie vitale fuit (comme il est souvent le cas dans une circulation énergétique non contrôlée). La fonction des bandhas est donc de faire en sorte que l’énergie s’accumule, de changer la direction du prana et de le déployer dans un endroit précis pour alimenter un chakra (centre énergétique) particulier. 
 
Certaines pratiques des bandhas (associées avec des postures spécifiques) ont un aspect surtout thérapeutique avec un impact sur le système sanguin et lymphatique.
 
5 vayus
 
Pour un travail conscient avec les bandhas, il est important de bien connaitre les 5 directions du prana, les vayus (ce qui en sanskrit signifie “vent” ).
 
Prana vayu : l’énergie pénètre de l’extérieur vers l’intérieur pour nourrir / associé avec le sternum
Apana vayu : l’énergie descend pour détoxifier / associé avec le bassin
Samana vayu : l’énergie est émise depuis le centre / associé avec le ventre
Udana vayu : l’énergie monte / associé avec le cou, les épaules et la tête
Vyana vayu : l’énergie est diffusée pour assurer la circulation du prana dans chaque cellule / associé avec les jambes et les bras 

Kumbhakas

Les bandhas se pratiquent en position assise, debout ou allongée, parfois combinés avec des mudras et des asanas, et accompagnés, quand cela est nécessaire, de pranayama. La pratique des bandhas est nécessairement liée aux kumbhakas (rétentions du souffle). On ne peut commencer à aborder les bandhas uniquement quand on commence à pratiquer régulièrement les rétentions (avec une progression patiente et beaucoup de rigueur)  : antan kumbhaka (rétention poumons pleins à la fin de l’inspiration) et bahir kumbhaka  (rétention poumons vides à la fin de l’expiration).
Sans la maitrise des bandhas et des kumbhakas, on ne peut pas appeler le travail avec le souffle comme étant véritablement le pranayama. Les hyperventilations, les respirations actives ou au contraire apaisantes sont en fait un travail préparatif au pranayama (dont la traduction classique est “l’extension du souffle”) avec les retentions. 

Bandhas traditionnels

Il existe 3 principaux bandhas :
 

  • Jalandhara bandha, effectué dans la région de la cage thoracique et du cou
  • Mula bandha, effectué dans la région du périnée
  • Uddiyana bandha, effectué dans la région abdominale

 
Quand ces trois bandhas sont réalisés en même temps, on parle alors de Maha Bandha ou grande ligature.

1. Jalandhara bandha

Pour pratiquer jalandhara bandha avec antar kumbhaka (rétention à plein) ou bahir kumbhaka (rétention à vide) :
 
en position assise, dos droit mais légèrement penché vers l’avant, mains sur les genoux,
inspirez et retenez poumons pleins / ou expirez et retenez poumons vides
ramenez alors le menton contre le sternum, la nuque bien étirée sans toutefois la crisper,
contractez la glotte à l’intérieur de la gorge, puis toute la zone de la gorge ainsi que les muscles du cou,
toujours dans la rétention, portez l’attentions sur la poitrine et sentez le prana s’y répartir,
restez quelques secondes, selon ses capacités, sans forcer
relâcher la contraction doucement et expirer / ou inspirez
 
 
Attention de ne pas inspirer ni expirer avant d’avoir relâché la ligature.
 
Après avoir relâché la ligature, il est important de faire une respiration complète.
 
Pour préparer votre corps à jalandhara bandha, c’est surtout Sarvangasana (la posture de la Chandelle) qui sera une aide utile.
 
 
Jalandhara bandha se combine avec uddiyana bandha et mula bandha, séparément ou simultanément, ainsi qu’avec différents mudras et asanas.
 
Effet de jalandhara bandha :
 
la pression exercée sur la zone de la gorge va permettre de diminuer le rythme cardiaque et la circulation sanguine dans la tête, ce qui favorise la détente 
au niveau de l’orientation du prana jalandhara bandha inverse le sens du Prana vayu et Udana vayu pour diriger l’énergie vers le centre du ventre et empêcher l’excès du prana monter dans la tete et les chakras supérieurs

2. Mula bandha

Pour pratiquer mula bandha avec antar kumbhaka (retention à plein) ou bahir kumbhaka (retention à vide) :
 
en position assise, dos droit, mains en jnana mudra
prenez un temps pour apporter l’observation intérieure au niveau de muladhara chakra(1er chakra) situé dans la zone du périnée
inspirez et retenez poumons pleins / ou expirez et retenez poumons vides
contractez le centre du périnée (en gardant le bas du ventre détendu)
maintenez la ligature quelques secondes, selon vos capacités
relâcher la contraction doucement et expirer / ou inspirez
 
Après avoir relâché la ligature, il est important de faire une respiration complète.
 
Mula et jalandhara bandhas peuvent être pratiquer séparément ou en même temps, ainsi qu’avec différents mudras et asanas.
 
 
Effet de mula bandha :
 
sur le plan physique, mula bandha favorise les fonctions d’excrétion, le sphincter et le système sympathique
ce verrouillage va permettre au prana descendant (Apana), situé dans les régions basses du corps, d’être purifié et se diriger vers Manipura (3ème chakra)
mula bandha a également pour objectif d’obliger Prana vayu à rester dans la région de Anahata (4ème chakra, celui du coeur) pour se diriger ensuite dans les chakras supérieures (5e, 6e et 7e chakras)

3. Uddiyana bandha

Pour pratiquer uddiyana bandha UNIQUEMENT avec bahir kumbhaka (rétention à vide) :
 
en position assise (ou debout avec les jambes un peu écartées et pliées), buste légèrement penché en avant, mains en appui sur le haut des cuisses doigts tournés vers l’intérieur des cuisses, pouces vers l’extérieur de sorte que le poids du corps puisse se porter sur les jambes
une fois bien stabilisé dans la posture, prenez un temps d’observation intérieure dans la région du Manipura (3ème chakra)
expirez complètement puis aspirer l’abdomen et le faire remonter le plus possible, ce qui va l’amener en direction de la colonne vertébrale et se rentrer sous les côtes basses
restez ainsi quelques secondes poumons vides, selon vos capacités
défaites ensuite la contraction et la ligature, redressez le corps et inspirez
 
Attention de ne pas inspirer avant d’avoir relâché Uddiyana bandha.
 
Après avoir relâché la ligature, il est important de faire une respiration complète.
 
Ce bandha ne doit pas être effectués par des personnes souffrant de troubles cardiaques, problèmes digestifs intestinaux ainsi que toute autre maladie importante. De même, les femmes enceintes ou celles venant d’accoucher ainsi que les personnes ayant récemment subi une opération chirurgicale au niveau du ventre ne devront pas effectués ces exercices très puissants.
 
Evitez uddiyana bandha pendant la menstruation. Il est en revanche très conseillé après les règles.
 
Pour vous entrainer à la pratique de uddiyana essayez d’abord l’aspiration du ventre en rétention poumons vides dans Marjariasana (posture du Chat) et Adomukhasvanasana (posture du chien tête en bas). 
 
Uddiyana bandha se combine avec mula bandha et jalandhara bandha, séparément ou en même temps, ainsi qu’avec des mudras et des asanas.
 
Effets d’uddiyana bandha :
 
cette puissante contraction de la région abdominale améliore les fonctions cardiaques, digestives et intestinales et masse les organes internes
le retour veineux est stimulé ce qui soulage les varices 
une action sur le système neuro-végétatif est également favorisée
uddiyana bandha purifie et alimente Samana vayu (l’énergie du centre) et Manipura (3ème chakra), réduit la colère et l’avarice, aide à maintenir un bon feu digestif et à gérer notre rapport à la température extérieure (chaleur ou froid excessifs) 

4. Maha bandha

Pour pratiquer maha bandha UNIQUEMENT avec bahir kumbhaka (retention à vide) :
 
en position assise, expirez lentement et effectuez mula bandha, uddyiana bandha, et jalandhara bandha, en se concentrant sur chacun d’entre eux au fur et à mesure de leur mise en place
retenez le souffle poumons vides quelques secondes selon ses capacités en plaçant son attentions sur les trois bandhas à la fois
relâchez lentement les bandhas dans l’ordre inverse de leur mise en place (jalandhara, uddyiana et mula bandha) et inspirez 
 
Attention de ne pas inspirer avant d’avoir relâché les trois bandhas.

Après avoir relâché la ligature, il est important de faire une respiration complète.

Les précautions sont les mêmes que pour uddiyana bandha.


Effet de maha bandha :

Cette grande ligature dynamise les énergies dans les régions sacro lombaires. Elle tonifie aussi le corps en améliorant les fonctions des organes concernés par les ligatures, et enfin, par une meilleure canalisation des énergies, elle limite les pertes du prana.


Notez que la pratique des bandhas doit être effectuée, dans un premier temps, sous la surveillance d’un enseignant ! Il est important de les pratiquer régulièrement (quotidiennement) pour en ressentir tous les bénéfices. Avec le temps on remarque également un effet calmant des bandhas sur le mental, car les retentions du souffle avec les verrouillages créent des moments de suspension des pensées et du silence intérieur.

Bonne pratique !


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.